819-795-5174

Le petit hamster…

par

LE PETIT HAMSTER…

« Tiens tiens… il est là.

Le petit hamster dans ma tête.

Celui qui tourne et tourne, encore et encore. Comment puis-je l’arrêter ? 

Est-ce possible de l’arrêter ? Quelles sont ces pensées qui n’arrêtent pas de tourner dans ma tête ? Comment s’y sont-elles glissées ? D’où viennent-elles ? »

Voilà de bonnes questions, puisqu’elles ne surgissent que si vous avez pris conscience de cet incessant bavardage intérieur…

Voici comment la philosophie yogique apporte un éclairage à quelques-unes de ces questions.

Les pensées ont-elles une influence sur notre physique ?
Ont-elles le pouvoir d’influencer les événements qui surviennent dans nos vies ?

Dans le premier chapitre des Yoga Sutra, Patanjali analyse les composantes du contenu du mental ainsi que ses manifestations. Il nous explique comment contrôler ce petit hamster (notre pensée) afin d’atteindre une conscience intériorisée et unifiée. C’est ce que nous souhaitons.

La conscience (Citta) est le véhicule qui mène le mental (Manas) vers l’âme (Atma). Par la pratique du Yoga, on apprend à observer et à réfléchir. Nous sommes amenés à intensifier nos efforts pour atteindre une paix, une joie profonde. Lorsque l’on contrôle nos pensées, cela nous mène à un état de tranquillité (Sattvique). Cependant, la conscience (Citta) ne signifie pas seulement le mental (Manas), elle comprend aussi l’intelligence (Buddhi) et l’égo (Ahamkara). Ces trois composantes forment un tout représentant l’être dans tout le fonctionnement de sa pensée.

Manas (le mental) a pour rôle de maintenir l’attention et la concentration. Il s’occupe de sélectionner ou de rejeter l’information perçue du monde extérieur. 

Buddhi (l’intelligence) a la faculté de raisonner et de réfléchir. C’est elle qui fait des choix afin de pratiquer avec plus de discernement, de clarté et de sagesse.

Ahamkara (l’égo), quant à lui, est cette représentation que l’on a de soi-même. On dit que l’égo est le plus grand ennemi de la pratique du yoga. Que fera l’égo comme action pour nous diriger vers cette béatitude de la conscience ?

J’aime bien cette citation:

« Nous sommes ce que nous pensons. Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde. » – Bouddha 

Wow ! Si nous sommes ce que nous pensons, c’est d’autant plus important de bien choisir nos pensées…

Nos pensées deviennent nos paroles…

Nos paroles deviennent nos gestes…

Nos gestes deviennent nos actions…

Nos actions deviennent nos habitudes…

Nos habitudes deviennent notre mode de vie…

Et notre mode de vie exprime nos valeurs profondes.

Comment empêcher ce petit hamster de ruminer des pensées négatives ou nuisibles à notre bien-être ? La méditation profonde est certainement l’un des meilleurs outils qui soient, à cet effet.

Méditez.

Méditez sur le Divin, sur la lumière, sur la syllabe sacrée OM, sur le souffle et ses rétentions, sur les 4 vertus infinies, sur tout objet qui vous dirige vers un état d’esprit tranquille. 

Méditer nous permet de créer cet espace, cette distance nécessaire à l’observation de nos pensées. Méditer nous aide à prendre conscience de nos programmes intérieurs, ces « patterns » qui sont si bien installées qu’on ne les voit plus. C’est en prenant conscience de ces programmes que nous pouvons les transformer ou du moins diminuer les effets négatifs qu’ils peuvent avoir sur notre santé et notre vie.

Alors je pose la question : si je décidais de choisir consciemment mes pensées, quelle pensée voudrais-je me répéter en boucle, jour après jour ? De quelle pensée ferais-je mon Mantra ?

« Je pense donc je suis. » _ Descartes   

Namasté ! Guylaine

« La pensée est un discours intérieur que l’âme tient en silence avec elle-même. » _ Platon.