819-795-5174

Réflexions printanières

par

Réflexions printanières…

Enfin, je reviens chez moi! 

Mais qu’est-il devenu, ce chez moi, après ces dernières années où nous avons dû nous adapter, nous recréer, nous réinventer, élaborer de nouvelles stratégies, forcés que nous étions, par une situation qui nous y obligeait?

Bien que trouver l’équilibre intérieur au travers du cahot soit souvent une lourde tâche, nous y avons investi cœur et courage. Que pouvions-nous faire de mieux que d’apprendre à vivre le changement, accepter que nous contrôlons bien peu de choses et faire confiance à l’univers?

Au fond, cette époque que nous vivons n’est peut-être pas si différente de bien d’autres qui ont été traversées au cours des siècles par l’humanité. Les épreuves sont l’aiguillon qui stimule le sens de l’adaptation.

La tradition bouddhique nous rappelle cette certitude : tout est en perpétuelle transformation, rien n’est immuable. Nous vivons continuellement dans l’impermanence.

Tout bouge. On doit s’adapter aux changements qui se présentent, accepter que nos croyances, nos habitudes soient ébranlées et que cela crée inévitablement un stress à plusieurs niveaux. 

Ce concept est alarmant et rassurant à la fois.

Alarmant parce qu’il est évident que tout se transforme jour après jour et que ce n’est pas toujours satisfaisant. Je sais que je perdrai inévitablement mes possessions matérielles; que ceux que j’aime s’en iront; que peu importe ce que je ferai pour ma santé, je devrai m’attendre à expérimenter des malaises dans mon corps; … et que je mourrai un jour. Il me faut accepter le fait que je devrai laisser aller tout ce qui m’est cher; que je ne peux pas contrôler ce qui sera dans le futur et encore moins ce qui fut dans le passé!

C’est rassurant? 

Oui, c’est rassurant, car si rien ne dure et que tout se transforme, alors cela nous rappelle, lorsque nous traversons une période difficile (tristesse, solitude, souffrance, maladie, guerre, etc.)… qu’elle aussi finira par passer!

Que faire? Doit-on devenir passif en attendant qu’un changement s’opère ou devons-nous continuer à avancer, à nous réinventer encore et encore?

Doit-on avoir suffisamment confiance en soi pour appliquer ce lâcher-prise et laisser aller les événements sur lesquels nous n’avons aucun contrôle? Doit-on prendre le temps de trouver de nouvelles perspectives? Ne doit-on pas s’accorder un espace de non-réactivité, pour mieux réfléchir et agir?

Ces dernières années nous ont amenés à trouver des solutions pour continuer d’avancer, et parfois même, juste d’exister. Elles nous ont transformés et nous avons dû reconnaître que certaines relations étaient différentes. Nous avons mis toute notre énergie, avec cœur et bienveillance, pour passer au travers de ces hivers difficiles en émotions pour certains, en solitude pour d’autres, au travail pour ceux qui étaient au premier plan. Sans oublier que la maladie et la mort ont frappé plusieurs d’entre nous.

De mon côté, j’ai bien sûr l’amour de mes proches, mais aussi ce merveilleux outil qu’est la pratique du YOGA. 

Par la pratique physique des asanas, j’ai maintenu la conscience de mon corps en mouvement avec ses tensions et ses relâchements. 

Grâce à la pratique du pranayama, la conscience du souffle et de l’énergie vitale, je reconnais que chaque jour, Dieu merci, je suis bien en vie! 

La médication me permet de parler avec mes démons intérieurs afin de ne pas laisser la folie, l’anxiété ou la dépression prendre mon esprit. 

La gratitude et la reconnaissance sont mes alliés pour observer et m’inspirer de cette force qui émane des êtres que je côtoie chaque jour de ma vie. 

Tout cela dans le but de poursuivre mon chemin, en pleine conscience de mes perfections et de mes imperfections afin de devenir un meilleur être humain. 

Et vous, quels sont vos outils ou vos stratégies? 

Qu’est-ce qui fonctionne bien?

Pour moi, aujourd’hui, l’appel du printemps est de retour. 

À nouveau, comme les oiseaux, je reviens chez moi exaltée à l’idée de reconstruire le nid afin d’y déposer des œufs nouveaux. 

Pour moi, le printemps c’est revenir me connecter à mon être intérieur. J’ai beaucoup plus de temps pour m’arrêter, car mes obligations sont plus légères. 

Je reviens à la source pour me nourrir avec ce qu’il y a de plus vrai en moi… la simplicité, l’amour, le partage. Je reviens me lier à l’univers.

Le printemps, c’est cette lumière qui traverse la vie elle-même, apportant l’espoir envers et contre tout, et nous permettant de nous ancrer de nouveau. 

«Que je sois bien, heureuse et en paix;

Que tous les êtres soient bien, heureux et en paix.»

Que le printemps arrive à votre porte bientôt,

Bon retour chez soi!

Namasté !

Guylaine